LE SERVEUR COMME FONDATION DU CENTRE DE DONNÉES MODERNE

Chaque changement, chaque développement, chaque projet d’envergure a besoin d’une base solide… En fait, tout devrait avoir une fondation stable. Il en est de même pour votre SI. Pour remporter des succès sur le chemin de la transformation digitale, il vous faut – en plus d’une vision et d’une forte motivation personnelle – une chose essentielle : une bonne base SI. Ce qui veut dire : vos serveurs.

Malheureusement, nous constatons que souvent, en pratique, pour ce qui est de cette base essentielle, une erreur fondamentale peut être fréquemment observée. Dans l’esprit de nombreux responsables informatiques, le mythe selon lequel les serveurs doivent rester utilisés le plus longtemps possible reste commun. Cependant, surtout en termes économiques, il peut être contre-productif de s’en tenir trop longtemps à une architecture historique. D’autant plus que nous vivons et travaillons tous dans une ère de transformation numérique qui exige des mesures audacieuses et des technologies modernes pour tirer pleinement parti des opportunités qui se présentent.

Cependant, le rapport d’IDC Accelerate Business Agility with Faster Server Refresh Cyclesa récemment démontré que les anciens modèles comportementaux sont difficiles à changer pour de nombreuses entreprises. Il en résulte un “cycle d’échange de serveurs” moyen de 5,8 ans. Prenons maintenant le temps de regarder plus en détail les mythes qui persistent et qui expliquent ce constat :

Mythe numéro 1 : Pour rentabiliser un serveur, utilisez-le le plus longtemps possible.

Ce n’est pas exact. En réalité, il coûte plus cher à une entreprise de conserver un serveur plus longtemps que nécessaire. Et l’écart est net! Les entreprises qui changent de serveurs tous les trois ans ont des coûts d’exploitation plus bas de 59% en comparaison avec celles qui n’en changent que tous les six ans.

Mythe numéro 2 : Les coûts d’achat et de mise en service d’un nouveau serveur sont plus élevés que pour l’ancien.

Faux. Les coûts de maintenance d’un serveur augmentent entre la quatrième et la sixième année d’utilisation, parfois jusqu’à l’équivalent de 10 fois le coût d’une nouvelle acquisition. En plus, ces coûts ne progressent pas linéairement. En fait, un serveur a besoin de 181 % de plus de maintenance la sixième année et son coût d’opération est plus élevé de 447 % en comparaison avec la première année.

Mythe numéro 3 : La mise à niveau du serveur est une sortie de trésorerie

Au contraire ! Même si vous ajoutez les coûts d’acquisition et de mise en service, une entreprise qui remplace ses serveurs tous les trois ans a un flux de trésorerie nette plus faible de 33 % par rapport à celui d’une entreprise qui le fait tous les six ans.

Mythe numéro 4 : Il faut trop longtemps pour que les nouveaux serveurs deviennent utiles

Pas du tout. Le coût des serveurs augmente rapidement de façon non linéaire après la quatrième année. Mais lorsqu’ils sont remplacés, ils permettent d’économiser de l’argent dans de nombreux domaines: une productivité plus élevée, moins de temps de travail pour le personnel informatique, des coûts d’infrastructure moins élevés et de nombreux autres effets, compensent souvent les coûts d’achat après seulement un an.

Mythe numéro 5 : Les nouveaux serveurs ne contribuent en rien à l’augmentation des ventes.

Non. Dans son étude, IDC cite deux exemples montrant avec beaucoup de clarté comment les entreprises ont réussi dans de nouveaux secteurs d’activité grâce à une agilité, une capacité et une rapidité accrues. IDC a ensuite déterminé un chiffre d’affaires supplémentaire par serveur de $123,438.

Mythe numéro 6 : Les achats de serveurs sont des dépenses d’investissement

Ce n’est plus le cas. Il existe des offres de location financière ainsi que des offres Dell Financial Services « pay as you grow » ou « provision and pay » qui amènent de la flexibilité opérationnelle.

Ne laissez plus ces mythes révolus vous freiner encore plus longtemps. D’autant plus que la 14ème génération de serveurs Power Edge est maintenant disponible, optimisée pour la mémoire non volatile express (NVMe), qui est plus performante que jamais avec son architecture business évolutive, son automatisation intelligente et ses fonctionnalités de sécurité intégrées. Cela permet aux entreprises de s’adapter rapidement aux nouvelles exigences du business et de tirer parti de performances accrues pour les charges de travail Cloud, traditionnelles, virtualisées et natives dans un centre de données défini par logiciel. De plus, nous utilisons maintenant des processeurs Intel Xeon Scalable en coopération avec Intel. Avec 27 % de plus de cœurs de CPU et 50 % de bande passante mémoire supplémentaire, les serveurs Dell EMC PowerEdge 14ème génération sont en mesure d’améliorer considérablement les performances des applications critiques et des charges de travail.

Mais tout ceci n’est pas encore suffisamment concret. Une suggestion de ma part: rendez-nous visite aux Dell EMC Forum-Events qui se dérouleront suivant la devise #REALIZE le 7 novembre 2017 à Zürich et le 9 novembre 2017 à Lausanne.

Dell EMC Forum Zurich   //   Dell EMC Forum Lausanne

En plus du networking habituel, vous pourrez vous attendre à de nombreux détails passionnants sur notre nouvelle gamme de serveurs et, bien sûr, sur le reste du portefeuille de Dell EMC dans le cadre d’une exposition et de nombreuses présentations.

Je me réjouis de vous rencontrer !

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.